La TVSO, près de vous!

Roussillon
Les Jardins de Napierville
Le Haut-St-Laurent
Beauharnois-Salaberry
Vaudreuil-Soulanges



Actualités

2015-05-25

Le gouvernement libéral cause des torts irréparables

Dans le cadre d’une mobilisation nationale de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, des professionnelles en soins ont marché, vêtues de sarraus, aujourd’hui devant les établissements de santé de St-Hubert, soit CLSC St-Hubert. Elles s’étaient mobilisées pour dénoncer les compressions de plus d’un milliard de dollars imposées par le gouvernement Couillard au réseau de la santé et les impacts de l’austérité libérale. « Le président du Conseil du trésor et le ministre de la Santé vivent sur une autre planète s’ils pensent sérieusement que le réseau de la santé peut se voir imposer des compressions de plus d’un milliard de dollars sans créer de dommages majeurs. Leurs décisions compromettent la qualité et la sécurité des soins aux patients et mettent la santé et la sécurité des professionnelles en soins en danger. Ce qu’ils sont en train de faire, c’est de créer des torts irréparables au réseau de la santé », a déclaré Marie-France Lelièvre, porte-parole FIQ de la région de la Montérégie.


« L’année dernière, le ministre de la Santé nous jurait que les compressions n’auraient pas d’impacts sur les services et les soins aux patients. Or, c’est tout le contraire qui s’est produit. Maintenant, il se cache derrière sa nouvelle réforme en disant que les CISSS et les CIUSSS sont imputables et que ce sont eux qui doivent répondre des compressions que son gouvernement leur impose. Bref, le ministre de la Santé allume des feux et se sauve en courant », a poursuivi Marie-France Lelièvre.


« Nous craignons le pire. Inévitablement des postes seront abolis ce qui affectera directement les services et les soins aux patients. Les professionnelles en soins sont déjà en situation de surcharge de travail et on leur en imposera encore davantage, mettant ainsi en danger leur santé et leur sécurité. Avec la nouvelle réforme qui affectera leurs conditions de travail, avec les négociations dans le secteur public qui piétinent, avec les offres salariales ridicules et le pillage que le gouvernement veut effectuer dans le régime de retraite des infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes, plusieurs d’entre elles songent à quitter. Tout cela est un mélange explosif pour créer une véritable crise. Crise créée de toutes pièces par le gouvernement. Et pourtant, nous avons des solutions pour régler les problèmes dans le réseau de la santé, mais le gouvernement s’entête à ne pas nous écouter. C’est déplorable et malheureux », a ajouté la porte-parole de la FIQ.


Austérité généralisée


Les professionnelles en soins membres de la FIQ ont également